Le quartier

En déambulant dans le quartier, on devine ses traits bohèmes, militants, bons vivants, comme une prose lyrique qui flotte au-dessus des passants. Saint-Jean-Baptiste, c’est une conversation entre un étudiant en littérature et une dame âgée, qui raconte d’une verve dynamique ses jeunes années.

Ce sont des débats lancés sur une terrasse cachée, et les salutations amicales des commerçants qui y travaillent depuis toujours. C’est un environnement suave et intellectuel emprunté aux cafés littéraires, c’est le traditionnel qui côtoie la jeunesse, ce sont les librairies, les disquaires, les boutiques artisanales et uniques, qui sont autant de trésors dissimulés à découvrir. Héritage du contexte sulfureux du 19e siècle, Saint-Jean-Baptiste se positionne comme la rencontre des esprits libres; une mouvance qui dénote du reste de la ville.

Une belle contradiction habite ce quartier, entre tradition et effervescence, on y trouve un paysage urbain insolite, composé de cafés et de restos branchés qui voisinent des maisons ancestrales, épiceries fines, églises et cimetière.

Pour y arriver, il faut se faire des mollets, grimper les escaliers, descendre les côtes, un parcours initiatique qui vous amènera au centre du folklore de Québec, loin du déjà vue et du « mainstream ».

Le quartier épicurien et festif propose un parcours des curiosités d’un bout à l’autre de la rue. Lorsque le soleil se couche, le quartier continue de bourdonner. On trinque, on s’esclaffe, on partage un plat entre amis et on bouge au rythme de la musique.

Dissimulé par ses grandes tours, accroché à la Haute-Ville et flottant au-dessus de la Basse-Ville, le quartier en semi hauteur devient comme surnaturel, hors terre, en apesanteur. On y entre comme une bulle, directement transporté dans un univers de volupté.

Le climat mystique et la gaieté de Saint-Jean-Baptiste envoûtent les flâneurs et les consommateurs dans un contexte floral et coloré, où l’esprit écologique est très présent.

Venez prendre une pause dans le temps et reposer votre âme sous les branches bienfaisantes des arbres de la rue et les sourires chaleureux des commerçants